dimanche 18 mai 2014

Joseph l'enfant-loup

Nos lecteurs se souviennent peut-être de Joseph, cet étrange enfant sauvage découvert vivant parmi les loups dans les montagnes de Hautes Provence au début des années 1880.  L'existence de celui qu'on surnomma très vite "l'enfant-loup" fit sensation à l'époque et la communauté scientifique comme le grand public s'emerveilla et se passionna pour l'histoire de cet enfant de huit ans, sale et hirsute, courant à quatre pattes dans les montagnes au milieu des animaux, incapable de s'exprimer et terrorisant les troupeaux du voisinage.





Il fut découvert et recueilli par un jeune medecin local, le docteur Eugène Charmeuil qui réussit à l'attirer grâce à quelques morceaux de gâteaux au chocolat judicieusement disposés. Le médecin humaniste recueilli le garçonnet le baptisa Joseph et l'éleva comme son propre fils, se donnant pour mission de lui donner une éducation chrétienne, de lui apprendre à parler, lire, écrire et vivre en société. Le monde s'enthousiasma pour cette affaire et s'extasia devant les progrès de celui qu'on appella bientôt partout "Joseph l'enfant-loup".

Un vocable cependant renié par le bon docteur Charmeuil, en effet comme celui-ci le déclarait à l'époque:
"C'est impropre, techniquement parlant, mes études physiologiques et comportementales sembleraient en effet indiquer que Joseph a plutôt été élevé par des marmottes."



Dans les années qui suivirent Joseph et son mentor passionnérent les foules et furent reçus avec intêret dans de nombreux salons scientifiques, ayant même l'honneur d'être présenté au président Jules Grévy, mais aussi devant leurs Altesses Royales, la reine Victoria d'Angleterre ou le roi Léopold II de Belgique.On s'étonna devant les progrès affichés par le jeune Joseph, sensible et timide, mais aussi par ses etonnantes capacités à comprendre et à communiquer avec les animaux. On parla aussi beaucoup à l'époque du mal dont souffrait l'enfant qui le poussait parfois à se focaliser sur une personne ou un lieu et à lancer des sentences enigmatiques à l'assistance. D'après le docteur Charmeuil, une forme très particulière d'épilepsie resultant de son séjour seul dans la nature.

Depuis, "l'enfant-loup" a grandit et cette histoire a peu à peu sombré dans l'oubli. C'est pourquoi nous avons été à la redaction surpris d'apprendre qu'on recommençait depuis quelques temps à inviter Joseph, devenu adulte, dans certains salons parisiens parmi les plus chics. Le docteur Charmeuil, qui veille toujours sur son protégé, a annoncé que des developpements nouveaux l'avait poussé à reprendre ses études du comportement de l'ancien enfant-sauvage.

Nous avons retrouvé dans nos archives ce cliché pris par l'un de nos photographe il y a deux ans. C'est désormais un jeune homme bien fait, quoiqu'un peu rustique, qui bien qu'installé dans la Capitale avec son père adoptif est toujours resté très proche de la nature comme nous le montre ce cliché posé.


Comme il se doit, le Petit Journal qui en son temps se passionna pour cet extraordinaire personnage, ne manquera pas de tenir ses lecteurs informés dès qu'il nous pourront recueillir de plus amples témoignages et déclarations sur "l'enfant-loup".

Abel Molinot

vendredi 16 mai 2014

Sir Archibald Conway, égyptologue et aventurier

L'Egypte a toujours fait rêver l'amateur d'exotisme et de civilisations anciennes. L'un de ses meilleurs connaisseurs est en ce moment dans notre pays pour participer à la soirée donnée par le professeur Pastourel dans une semaine. Sir Archibald Conway, sujet de sa gracieuse majesté britannique et archéologue distingué viendra évoquer les pratiques mortuaires en cours chez les Anciens.


Le découvreur de la tombe du pharaon Thoutmosis III de la XVIIIème dynastie dans la Vallée des Rois est un fin connaisseur des rituels en cours chez les anciens Égyptiens. Mais sa passion pour le pays des pharaons l'a poussé à aller bien plus loin que la simple étude universitaire. Polyglotte, n'hésitant pas à parcourir l'Egypte vêtu comme un simple fellah, Sir Conway est aussi connu pour avoir rassemblé une masse de connaissances impressionnantes sur les croyances et les rites funéraires antiques, des pratiques qui si l'on en croit l'archéologue sont loin d'avoir totalement disparu dans la région. 

Le jugement de l'âme où le défunt doit comparaître devant Osiris


Les ouvrages qu'il a rédigé sur la question ont connu un indéniable succès non seulement parmi les historiens mais aussi chez les passionnés de choses occultes. 

 Comme nous l'a confié le savant dans un français parfait:
"Tout au long de mes années en Orient, j'ai eu le privilège d'assister à des choses qui ont ébranlé ma rationalité scientifique et m'ont obligé de remettre en perspective ce que je tenais pour acquis. Les anciens Egyptiens ont développé une véritable fascination pour l'au delà au point de consacrer toute leur vie à en percer les secrets, et ils se sont approchés au plus près de la connaissance intime de ce qui se passe après le trépas."



Des connaissances qu'il nous fera certainement partager lors de cette décidément bien intrigante soirée du 24 mai. 

Abel Molinot

samedi 10 mai 2014

Les inscriptions se terminent.

Normalement, nous sommes au complet, toutefois, nous avons encore la possibilité d'introduire dans l'histoire un petit nombre de personnages supplémentaires qui nous permettraient d'enrichir encore la soirée. Mais bon, il faut savoir aussi se concentrer sur l'organisation de dernière minute donc nous clôturerons les inscriptions officiellement mercredi 14 mai. Si vous êtes tenté n'hésitez pas à nous rejoindre

P.S. Yann B., peux-tu remplir la fiche d'inscription pour que l'on ai toutes les coordonnées merci !

Ouh là ! C'est grand, c'est beau la préparation d'une soirée enquête, mais bon il reste du boulot !

vendredi 9 mai 2014

Monseigneur Ferdinand Maubuisson, la voix de l'Eglise


Évêque de Versailles, Monseigneur Ferdinand Maubuisson vient d'être désigné par le Souverain Pontife porte-parole de l’épiscopat français. Et avec lui le clergé opère un retour vers un ligne plus radicale qui n'étonnera pas ceux qui connaissent bien ce prélat qui ne mâche pas ses mots, particulièrement depuis la séparation de l'Eglise et de l'Etat de 1905.



"La France a toujours été la fille aînée de la Sainte Eglise apostolique et romaine, notre très saint Père Pie X, l'a rappelé dans son encyclique vehementer nos: nous avons vu violer la sainteté et l'inviolabilité du mariage chrétien par des dispositions législatives en contradiction formelle avec elles, laïciser les écoles et les hôpitaux, arracher les clercs à leurs études et à la discipline ecclésiastique pour les astreindre au service militaire, disperser et dépouiller les congrégations religieuses et réduire la plupart du temps leurs membres au dernier dénuement. 

Est-ce là ce que nous voulons pour nos enfants ? Un régime gangrené par les idées mortifères de quelques francs-maçons égarés ? Comment, pourrions-nous bien nous taire sur ce point? En dehors des intérêts de l'Eglise qu'elle blesse, la laïcité est aussi des plus funestes à notre pays! Pas de doute, en effet, elle ruinera lamentablement l'union et la concorde des âmes. Et souvenons-nous, sans cette union et sans cette concorde, aucune nation ne peut vivre ou prospérer "


Mais Monseigneur Maubuisson est aussi une personnalité connue pour fréquenter les meilleurs salons de la capitale pour porter la parole de l'Eglise et veiller à ce que les gens comme il faut reçoivent le réconfort de la foi et ne s'éloignent pas trop des préceptes de la religion. C'est d'ailleurs la raison qui explique la présence de Monseigneur Maubuisson lors de la soirée qui sera donné à la fin du mois en Isère. 

" Une âme chrétienne ne peut-être qu'affligée par étendue de l'errance spirituelle de notre société mise à mal par le poison d'un anticléricalisme forcené. Et quand on voit les invités d'une telle soirée ! Relativisme pseudo scientifique, retour du paganisme le plus arriéré, débauches ritualisées, pratiques prétendument occultes qui tiennent au mieux de la charlatanerie et au pire de d'influences quasi démoniaques. Vraiment Mr Molinot, il est temps qu'un aussi illustre personnage que le professeur Pastourel oublie ces fadaises d'un autre âge et aspire à l'apaisement de l'esprit par la paix du Christ et l'amour de notre Seigneur." 

Abel Molinot

Monseigneur Maubuisson, présidant le traditionnel pèlerinage vers le Sacré Cœur pour expier les crimes de la Révolution Française 

jeudi 1 mai 2014

Questions d'argent




Tout de suite ça vous intéresse, vous êtes vénaux quand même

Si vous avez commencé à recevoir vos fiches vous avez pu constater que certains d'entre vous ont de l'argent. Des sommes sont évoquées, on parle de montants en francs or mais cela reste finalement assez mal défini.

Grace à l'INSEE qui a établi des grilles de conversion tenant compte du pouvoir d'achat on peut fixer le raisonnement suivant.

1 franc or de mai 1914 = 3,33 euros de 2014

Donc le défi spirite d'Anselme Bonnefoy, c'est 3,33 millions d'euros actuels.

(n'oubliez pas que pour 1914 il s'agit "d'ancien francs")

Mais attention les différences sociales sont aussi très marquées, les salaires sont fixés au jour, à la semaine ou à l'année et la vie si elle n'est pas plus chère qu'actuellement est surtout marquée par des salaires très bas:
1 kilo de pain : 40 centimes (environ 1,5 euros)
1 litre de lait : 30 centimes
1 kilo de lapin : 2 francs
 Le caparellophone "stentor" 1500 francs (4995 euros soit le prix des derniers modèles de téléviseur Ultra Haute Definition grand écran)

une femme de chambre touche 1,50 francs par jour (environ 5 euros)
un facteur touche 600 francs par an

On paye par pièces et plus rarement par billets qui sont beaucoup plus gros que des coupures actuelles. Pour les grosses sommes on préfère la sécurité du chèque de banque certifié ou des bons aux porteurs anonymes par actions et obligations qui prennent moins de place à transporter et font plus chic.



"Les riches c'est fait pour être très riches, et les pauvres très pauves" (Don Salluste, la folie des grandeurs)

mardi 29 avril 2014

Adelaïde Freyssinet, la photographe des esprits



Nos lecteurs ont déjà pu lire dans nos colonnes les exploits de la célèbre et controversée photographe Adelaïde Freyssinet. Celle-ci a fait hier une formidable déclaration publique en annonçant qu’elle escomptait fournir sous peu la preuve photographique irréfutable de l’existence des fantômes :

"Bientôt, je vais prouver au monde l’existence des spectres qui nous entourent. Je me suis notamment penché sur les travaux de Pierre et Marie Curie sur les propriétés du radium, et j’ai acquis la certitude que c’est le moyen de percer la barrière entre le monde des morts et celui des vivants."
  
Bien connue des cercles ésotériques européens, Mademoiselle Adélaïde Freyssinet a annoncé avoir déjà obtenu des résultats probants grâce à une émulsion photographique spéciale de sa composition, comme le montre cette troublante photographie qu’il a confié en exclusivité à notre journal.



La personnalité de Mlle Freyssinet a fait l'actualité non seulement pour ses clichés intrigants mais aussi pour ses prises de position féministes bien connues. Proche des mouvements des "suffragettes" réclamant le droit de vote pour les femmes, elle est connue pour ne pas hésiter à se travestir en homme pour exercer sa profession de photographe. C'est ainsi qu'elle a été été condamnée à une forte amende il y a quelques années pour port de pantalon en public. Son cas à fait jurisprudence puisque depuis un décret de 1909, il est désormais autorisé pour une femme de porter un pantalon en ville, à condition bien entendu, de tenir un cheval ou une bicyclette à la main. 



Pour ne pas choquer son fidèle lectorat nous avons bien évidemment illustré cet article de photographies où Mlle Freyssinet est respectueuse par sa tenue des convenances du sexe faible.

Rappelons qu’il y a de cela quelques années, Mlle Freyssinet s’est rendue célèbre grâce à une série de photographies prises à Cottingley en Angleterre où, suivant les indications des deux fillettes prétendant parler aux fées de la forêt voisine, elle réussit à prendre quelques clichés saisissants mais aussi très controversés. 



Le célèbre écrivain Sir Arthur Conan Doyle, père de Sherlock Holmes, passionné des choses surnaturelles s’est enthousiasmé pour ces photographies et reçut à l'époque Adélaïde Freyssinet dans son club londonien. Une première à bien des égards dans la très conservatrice Albion. Mais des sceptiques, au premier rang duquel le fameux Anselme Bonnefoy, le "chasseur de spirite", ont crié à la supercherie et au montage. Celui-ci a entre autre produit des témoignages des petites filles en question attestant que ces photographies étaient des faux. L'affaire a fait grand bruit et la respectabilité de la photographe en a pâtit même si elle a toujours clamé la véracité de ses clichés.

Bien entendu, "Le Petit Journal" tiendra ses lecteurs informés des progrès des passionnantes recherches de Mlle Freyssinet.

Abel Molinot

Un nouveau point sur l'organisation.

Nous avons quasiment notre équipe de joueur au complet, plus qu'un rôle à pourvoir pour atteindre notre quorum minimum. Merci à tout ceux qui ont relayé l'info, David, Dom, Sophie, Damien (entre autre !) et bien sûr Pierre qui s'est démené avec tout le talent qu'on lui connait ! Rien ne nous empêche au passage de compléter avec quelques rôles supplémentaires, s'il y a des inscriptions supplémentaires. Les chambres sont d'ailleurs quasi pleines (même les orgas savent pas où dormir !) notamment pour les couples. 

Bon les choses sont en train de se décanter, on a bien avancé et les premières fiches de personnages devraient vous arriver dans le courant de cette semaine ou au début de la prochaine. Au passage pour ceux qui n'ont encore rien vu sur le blog concernant leurs personnages (Lydie, Matthieu...) pas de panique cela veut peut-être simplement dire qu'il n'est pas une personnalité connue, rien de plus. D'ailleurs en parlant de ça, un nouveau personnage devrait arriver sur le blog aujourd'hui.

Ne vous étonnez pas si votre fiche vous arrive d'un expéditeur différent que notre adresse habituelle (cvbspgeneral@gmail.com) en effet comme celle-ci est celle de l'assoc, certains des membres du staff y ont accès, tout en étant par ailleurs simples joueurs sur cette partie. Nous savons qu'ils sont d'une probité exemplaire toutefois nous ne voudrions pas les tenter inutilement (moi je résisterais pas je me connais !).

Nous enverrons aussi au passage le total des participations aux frais que vous pourrez régler par ailleurs par chèque à l'ordre de l'association "Ca va bien se passer" et envoyer à l'adresse suivante : Association CVBSP, chez Pierre Martin, 24 rue Fernand Léger, 38400 Saint Martin d'Hères.





mardi 22 avril 2014

Sergueï et Irina Boulganov: toute la splendeur de la Grande Russie à Paris

On ne remerciera jamais assez la Sainte Russie, précieux allié contre le militarisme prussien fauteur de guerre. L'année sera russe c'est certain, les rentiers et les petits épargnants se précipitent sur les emprunts lancé par le tsar pour soutenir le développement de son empire, les ballets du Bolchoï entament une tournée triomphale à travers le pays et deux personnalités flamboyantes arrivées il y a quelques années de la cour impériale de Saint Petersbourg sont devenus les coqueluches du tout-Paris mondain. Il s'agit bien entendu de la somptueuse comtesse Irina Petrovna Boulganov  et de son frère le charismatique moine Sergueï Petrovitch.



La comtesse Irina héritière d'un don mediumnique familial est devenue en peu de temps la spirite la plus en vue de Paris. On ne compte plus les personnalités qui viennent lui demander conseil ou qui la querissent pour rentrer en contact avec leurs défunts trop tôt disparus. Ainsi le professeur Théophraste Pastourel, éminent savant devenu depuis la mort de sa femme très sensible à ces questions participe assidûment, dit-on, aux séances de spiritisme que la comtesse pratique, toujours bénévolement tient-elle à le préciser, dans ses appartements de la place Vendôme où après avoir dialogué avec les esprits elle se ressource au milieu des tableaux et des meubles précieux, gages de l'indéfectible reconnaissance de ceux qui fréquentent sa table tournante.

Elle peut aussi compter sur l'aura mystique de son frère, le moine Sergueï, qui garde sous son air sévère et sa profonde piété les secrets de la sagesse des moines de la Grande Russie. N'est il pas le propre disciple préféré du fameux Raspoutine qui conseille la famille impériale. Quand on l'interroge sur la rumeur voulant que les plus éminents personnages de la République viendraient le consulter avant de prendre des décisions importantes, le saint homme se contente de baisser les yeux modestement et de rappeler qu'il ne fait qu'essayer de trouver son chemin par l'ascèse vers le Créateur.



Nous ne pouvons que nous incliner respectueusement devant une telle grandeur d'âme qu'il met régulièrement à l'épreuve en se retirant méditer dans le petit château XVIIIème qu'il vient d’acquérir avec sa sœur en vallée de Chevreuse.

L'amateur de soirées en vue ne pourra donc manquer d'y croiser les Boulganov. Leur présence à la réception que doit donner le professeur Pastourel en mai est dit-on assurée. Ce serait d'ailleurs tellement dommage de se priver de personnages aussi remarquables.

Abel Molinot

vendredi 18 avril 2014

La baronne Gabrielle de Saint-Fargeau, incarnation du savoir-vivre à la française

On ne peut évoquer l'esprit du grand Monde parisien sans citer celle qui depuis quelques années est devenue l'arbitre de toutes les élégances, la gardienne du bon goût et des gentes manières. Mme la baronne Gabrielle de Saint-Fargeau



Tout ceux qui fréquentent les meilleures soirées de la capitale connaissent la Baronne, épouse d'un aristocrate ayant fait fortune dans les colonies et devenue bien trop tôt veuve. Depuis la fin de son veuvage et son retour dans la capitale, elle est devenue une figure incontournable du Monde. Ses toilettes raffinées, son exquise conversation, son sens inné du maintien en ont fait la gardienne des usages de la bonne société. Son salon dans son hôtel particulier du faubourg Saint-Honoré est un endroit où il faut être vu. Elle y reçoit  la crème du monde littéraire, financier et même politique. Toujours charmante et pleine d'esprit mais très à cheval sur les convenances et la bienséance, Mme la baronne est un véritable modèle pour toutes les jeunes filles bien nées. Les grandes familles la consultent fréquemment pour organiser dans les règles fiançailles et bals des débutantes.  On murmure aussi que c'est l'un des plus beau parti de Paris. Mais fidèle à la mémoire de son défunt époux, elle a toujours repoussé avec douceur les éventuels prétendants.



La baronne a toujours mis un point d'honneur à dispenser au plus grand nombre son extraordinaire sens du maintien et de l'élégance. L'art de recevoir ? Comment rédiger sa carte de visite, puis la déposer ?  De quelle couleur choisir ses gants pour se rendre en promenade ? Conçu pour éviter la fâcheuse méprise, le faux pas inconvenant, les "Usages du monde de la baronne de Saint-Fargeau", manuel de savoir-vivre paru en 1912, constituent le bréviaire par excellence de la politesse française. Le lecteur y trouvera autant un document essentiel sur la vie mondaine, ses codes stricts et ses règles de bon sens, qu'un rappel utile de quelques politesses, apparemment surannées aux yeux d'une jeunesse trop pressée, mais pourtant toujours bonnes à entendre et à pratiquer, en ces temps de relâchement moral.




Nous avons appris il y a peu que la Baronne a été mandée par le professeur Pastourel pour régler la bonne tenue de la soirée qu'il compte organiser en mai prochain en Isère. Il est certain que l'art de recevoir de Mme de Saint-Farjeau sera le gage d'une soirée des plus réussie.

Abel Molinot

vendredi 11 avril 2014

Anselme Bonnefoy, le chasseur de spirite.




Nos lecteurs connaissent bien le célèbre Anselme Bonnefoy, rationaliste convaincu et figure du tout-Paris mondain. Celui que l'on surnomme "le chasseur de spirites" s'est fait une spécialité de dénoncer ceux qu'il décrit lui même comme "les charlatans et autres voyants de pacotille qui exploitent la crédulité de nos contemporains".

Plume acérée, brillant causeur, volontiers caustique, Mr Bonnefoy s'est rendu illustre en devenant le président de "l'Association Rationaliste de France", un cercle d'esprits forts qui s'est donné pour but de promouvoir la science et de "dénoncer l'imposture des tenants de l'irrationnel". Pour ce faire, il a lancé il y a cinq ans un défi à tous les amateurs de paranormal et d'arts spirites :

"J'ai réuni avec mes amis de l'Association Rationaliste de France la somme d'un million de francs or, déposé devant huissier de justice au Crédit Parisien. Cette somme reviendra à toute personne qui pourra me démontrer irréfutablement un quelconque pouvoir psychique, surnaturel ou paranormal sous condition d’observation satisfaisante."

Depuis les candidats pour remporter le million n'ont pas manqué, mais aucun n'a pu apporter la preuve irréfutable demandée, le redoutable Anselme Bonnefoy s'étant fait une spécialité de débusquer avec force sarcasmes les impostures et les trucages de ces spécialistes du surnaturel.

On se souvient notamment des spectaculaires séances de télékinésie de Philibert Charbonneau, auxquelles  Mr Bonnefoy assista non sans un scepticisme évident comme nous le voyons sur cette photographie prise pour l'occasion.



On se rappelle aussi comment il ridiculisa le pauvre Charbonneau lorsqu'il révéla que ses fameuses "tables volantes" étaient en fait actionnées par un ingénieux système de fils très fins reliés à des tringles au plafond. 

On ne peut non plus oublier l'affaire de "la sirène de Fidji", attraction sensationnelle du célèbre cirque américain de Phineas T. Barnum, en tournée en Europe.



Ce corps étrange était présenté comme celui d'une authentique femme poisson, pareille à celles qui tentérent d'ensorceller Ulysse. Mr Bonnefoy prouva qu'il s'agissait en fait d'un montage réalisé à partir d'un singe et d'un poisson joints par une habile taxidermie.

En somme, 5 ans après avoir été lancé, le défi tient toujours et demeure l'objet de bien des convoitises. Mais gageons qu'il ne sera pas facile de convaincre le toujours résolument sceptique Anselme Bonnefoy de la véracité de ses dons paranormaux...

Abel Molinot

mardi 8 avril 2014

Quelques inspirations

Suite à une question de Kapik, une page inspirations à été rajoutée sur le blog, découvrez des livres, des films, des BDs, des séries pour vous mettre dans l'ambiance.

Si vous avez des conseils de lecture/visionnage à nous soumettre n'hésitez pas dans les commentaires!

samedi 5 avril 2014

Felix Danterville, le roi des excentriques parisiens.


"Je n'ai que deux ennemis dans la vie: l'ennui et la médiocrité de mes contemporains." Voilà qui résume sans détour la philosophie du plus mondain des grands excentriques de la capitale, Felix Danterville. Unique héritier des filatures du Nord qui portent son nom, Mr Danterville a mis l'immense fortune amassée par trois générations de prudents maîtres tisserands au service de son goût affirmé pour l''étrange, la fantaisie et le déraisonnable, devenant rapidement l'une des figures les plus en vogue du tout Paris.



Les fêtes qu'il donne chez Maxim's, au Fouquet's ou dans son hôtel particulier du boulevard Haussmann et où le champagne coule à flot, sont les lieux de rendez-vous de tout ce que la ville-lumière compte de gens en vue, d'artistes d'avant garde, de grandes mondaines et, ne le cachons pas, de tout une foule de joyeux noceurs dont les fins de soirées tapageuses défrayent régulièrement la chronique.

Et en matière de coups d'éclats, ce colosse aux allures de dandy n'est pas le dernier à donner libre cours à son goût de la dérision et à son imagination sans limite. Il n'a jamais hésité à investir de fortes sommes pour soutenir artistes controversés et personnages sulfureux. Qu'on se souvienne de la création au côté du peintre Roland Dorgeles de son  journal artistique "Manifeste de l'excessivisme" dont le slogan était "Trop n'est pas assez !" ou encore du canular du tableau "Le soleil se couche sur l'Adriatique"





En présence d'un huissier de justice, Danterville fit réaliser un tableau par un âne à la queue duquel on a attacha un pinceau. Chaque fois que l'on donnait à l'âne une carotte, celui-ci remuait frénétiquement la queue, appliquant ainsi de la peinture sur la toile. Attribué à un mystérieux J.R. Boronali (anagramme d'Aliboron, l'âne de Buridan) le tableau fut présenté au salon des indépendants et mystifia la critique admirative devant tant de génie créatif.

De même déguisé avec quelques amis en "Prince d'Abyssinie" il réussit à se faire recevoir en grande pompe par le Président de la République lui même, garde républicaine en tête, pour se livrer à quelques cérémonies rituelles fantaisistes dignes du Grand Turc de Molière devant une assistance médusée.

Aussi versatile que généreux quand le projet le fascine, on l'a vu financer l'aviateur Louis Blériot lors de son héroïque traversée de la Manche en aéroplane ou les expéditions de Charcot en Antarctique. Sportsman, pilote émérite, il a goûté plus d'une fois aux sensations fortes lors de courses automobiles comme le Rallye de Monte Carlo ou en gravissant plusieurs sommets himalayens. 




Il revient sur le devant de la vie parisienne après une longue absence consacrée rien moins qu'à un tour du monde. Sa nouvelle marotte semble t-il est désormais l'occultisme et le spiritisme et on murmure qu'il a déjà investi ses derniers mois de fortes sommes auprès de tout un tas d'experts en arts parapsychologiques pour, dit-il lui-même, trouver un sens un peu pimenté à une existence décidément toujours trop morne. C'est sans surprise que sa présence a été annoncée lors de la fameuse soirée annoncée par le professeur Pastourel en mai prochain.

Abel Molinot

jeudi 27 mars 2014

Leontine Puycassé, écrivain de l’au-delà



Nouvellement arrivée dans la Capitale, Mademoiselle Léontine Puycassé commence à faire parler d’elle chez les amateurs de surnaturel. Les visiteurs qui participent aux séances de spiritisme qu’elle organise dans son modeste meublé de la rue de la Contrescarpe en ressortent souvent troublés. Derrière son apparence  de jeune fille rangée, elle stupéfait ses interlocuteurs par ses puissants dons de médium et ses visions tout aussi fulgurantes que surprenantes.


Lorsqu’elle se met en transe médiumnique, Mademoiselle Puycassé reçoit des visions fugaces mais fort frappantes. Votre serviteur, qui a lui-même été témoin de ses dons de double vue lors d’une de ses séances de spiritisme, doit à l’honnêteté d’avouer son trouble devant les talents de cette jeune femme.

Pour canaliser ce don, si mademoiselle Puycassé peut utiliser le ouija ou les tables tournantes, elle a fréquemment recours à l’écriture automatique, une méthode qui consiste à se mettre en transe médiumnique et laisser les esprits guider sa main comme cette illustration du siècle dernier le présente.



« Je ne peux m’expliquer ce don, confie modestement Mademoiselle Léontine, ma famille a toujours été marquée par ce pouvoir. Lors de mes séances, je sombre dans une douce inconscience où je me sens investie par les esprits des âmes défuntes. Je ne suis plus dès lors que le véhicule de leurs propos et ceux-ci couchent sur le papier les messages qu’ils désirent nous confier. Je n’ai le plus souvent nul souvenir de ce qui s’est passé pendant ces transes et seuls les mots tracés sur la page me permettent de savoir avec qui j’ai été en contact. Il m’arrive même souvent d’écrire des choses dans des langues que je ne parle pas. »

Plusieurs écrits que Mademoiselle Puycassé a produit sont attribués à des esprits parfois anciens, pour qui le temps et la distance ne sont rien. D’après elle, elle aurait non seulement pu rentrer en contact avec des défunts récents mais aussi à des esprits plus exotiques dont un grand prêtre assyrien ou une courtisane anglaise de XVIIIème siècle et même prétend-elle au grand Victor Hugo lui-même. C’est en tout cas ce que disent les témoins de ces transes et ceux qui interprètent les lignes laissées par les esprits car la plupart du temps, la spirite ne garde de ces possessions aucun autre souvenir que ces textes étranges...


Abel Molinot

mercredi 19 mars 2014

Maîtresse Opaline, grande prêtresse de la fraternité d’Eulis

N’écoutant que son courage et sa proverbiale curiosité, Abel Molinot, votre humble serviteur du Petit Journal, s’est toujours aventuré dans les cénacles les plus intrigants des arts occultes qui fleurissent en la ville-lumière.


Et en la matière, le Cercle Tantrique de la Fraternité d’Eulis est sans nul doute l’un de ceux qui excite le plus les imaginations. En effet les adeptes de cet ordre très fermé pratiquent des cérémonies étranges inspirées par ce qu’ils appellent eux-mêmes « la magia sexualis » telle qu’elle a été théorisée au siècle dernier par le medium et hypnotiseur américain Paschal Beverly Randolph.

Au centre de cette étrange et sensuelle assemblée, on retrouve la longue silhouette de celle que ses disciples appellent respectueusement Maîtresse Opaline. Détentrice de savoirs remontant d’après la Fraternité aux sages de la plus haute antiquité indienne, elle préside aux rites de ce petit groupe dans une atmosphère qui mêle tout à la fois grande solennité et abandon charnel.  Evidemment, le profane pourrait être tenté de n’y voir qu’un simple salon libertin sous couvert d’ésotérisme, mais la charismatique grande prêtresse d’Eulis voit elle, dans son cercle tantrique, le réceptacle d’un savoir mystique qui transcende le simple cadre mortel.



« Il n’est de pouvoir plus fort que celui de la puissance charnelle. Mais qu’on ne s’y méprenne pas et ceux qui s’imaginent que nos séances ne sont que des bacchanales orgiaques sont bien loin de la réalité. Par la méditation orgasmique et l’art millénaire du contrôle tantrique de l’énergie sensuelle, nous sommes capables d’atteindre des niveaux de conscience du monde au-delà du commun. L’amour est la force la plus puissante de l’univers et celui qui sait canaliser son énergie à accès à un éveil spirituel sans égal. Eros et Thanatos ne sont-ils pas intimement liés comme les plus passionnées des amants ? »

Sulfureux personnage pour la plupart des gens, Maîtresse Opaline dispense pour ses adeptes une aura de sagesse et de mysticisme qui en font une personnalité fascinante. On prétend qu’elle sera présente lors de la soirée donnée par le professeur Pastourel en mai prochain. Voilà qui ne manquera pas de rajouter du piquant à ce qui s’annonce d’ores et déjà comme le clou de la saison mondaine !

Abel Molinot

vendredi 7 mars 2014

Quelques précisions sur les règles.

La soirée continue à se mettre tranquillement en place. Nous avons fait un petit peu de pub sur divers groupes facebook et forums de sites de joueurs de G.N. et de jeu de rôle et rédigé une preview sur electroGN.

Nous sommes par ailleurs en attente de quelques photos pour continuer la présentation de certains personnages sur le blog

La partie va essentiellement reposer sur le dialogue et le roleplay entre les protagonistes. Toutefois quelques règles sont toujours indispensables pour des cas particuliers. Voici quelques précisions utiles pour ceux qui se poseraient des questions sur le fonctionnement de la soirée, en attendant l'arrivée des fiches de personnage en avril :

1) Et si on se bat...


Ce n'est prévu pour... Après tout c'est une soirée mondaine mais sait-on jamais.

Principe de base du combat à mains nues:

1 personne contre 1 personne (quelque soit le sexe ou la corpulence des protagonistes) se neutralisent mutuellement et font forcément match nul.

2 personnes ensemble en battent une toute seule.

Toutefois, certaines personnes peuvent avoir des compétences de combat, dans ce cas elle doivent annoncer leur "capacité spéciale" correspondante qui leur rajoute généralement +1 au combat (la personne entraînée compte alors pour deux personnes). 

La personne battue peut-être alors sonnée ou neutralisée. Tuer à main nue quelqu'un de neutralisé est long (au moins 2 minutes) et risque d'être bruyant et pénible.

Des armes dûment autorisées par les orgas peuvent aussi rentrer en jeu: le couteau qui rajoute + 1 et qui peut éventuellement permettre de tuer si le vainqueur le décide et le revolver qui rajoute + 2 mais qui est terriblement bruyant.

Mais nous rappellerons que nous sommes dans une soirée entre gens de bonne compagnie...

2) Des capacités spéciales.

Un certain nombre de personnages peuvent bénéficier de connaissances, pouvoirs, capacités et autres actions inhabituelles. Leur utilisation est généralement en nombre limitée et est décrite dans la fiche de personnage.

Si certaines peuvent reposer sur des objets ou nécessiter d'aller voir les orgas pour leur demander telle ou telle chose, d'autres peuvent se faire en interaction avec les autres joueurs. Pour cela, les orgas vous remettront des cartes de jeu expliquant les conséquences de l'action pour celui qui est l'objet de cette capacité spéciale. Le joueur "victime" de cette capacité spéciale devra alors se conformer scrupuleusement aux indications de celle-ci. La plupart des cartes "capacité spéciale" ne servent qu'une fois.

Dernier détail, parfois ce sont vos orgas qui vous aiment qui vous demanderons de faire certaines choses précises pendant la soirée. Ne soyez pas surpris : tout est sous contrôle...

mardi 25 février 2014

Madame Zora, la reine des gitans



"Les cartes ne mentent jamais..."

C'est par ces mots énigmatiques que nous a accueilli celle que d'aucun n'hésitent pas à appeler la reine des gitans et que nous avons rencontré non loin de sa roulotte dans un camp de bohémiens installé dans un terrain vague de la porte des Batignolles.


Les romanichels ont toujours eu une longue tradition de diseurs de bonne aventure et de tireurs de cartes, mais nul plus que l'étrange Madame Zora et son don de cartomancienne n'a eu clientèle plus nombreuse et plus huppée. Beaucoup se pressent devant sa caravane pour obtenir des visions et des conseils de la gitane la plus célèbre de Paris. Elle est même discrètement reçue dans quelques uns des salons les plus prestigieux de la Bonne Société où ses prédictions sont très écoutées. 

Lorsque la séance est d'importance, on la voit même sortir un jeu d'antiques lames de tarot, héritage de la longue tradition de double vue familiale. Mais comme la bohémienne le dit elle même:

"On n'utilise pas à la légère d'aussi vénérables cartes. Ce sont des fenêtres ouvertes sur un monde qui va bien au delà du notre. Ce qu'elles nous disent dépasse la simple prédiction. Elles sont le moyen de communiquer avec des esprits anciens et puissants qui réclament toujours leur dû. Je suis la dépositaire du savoir ancien du peuple du voyage. C'est un héritage et un don glorieux pour moi et les miens mais aussi une charge terrible dont le commun des gadjé n'a pas idée Mr Molinot."


Il ne surprendra donc personne que malgré la réputation sulfureuse des bohémiens, la farouche Madame Zora ait été invitée à la soirée que donnera Théophraste Pastourel en mai prochain en Isère. Ses cartes seraient elles le meilleur moyen de reprendre contact avec la défunte épouse du Professeur ? L'impérieuse gitane en est persuadée et, fidèle à la tradition de sang chaud de sa race, gare à celui qui en douterait ne fut-ce qu'un instant !

Abel Molinot

lundi 17 février 2014

Anatole Caparelli, génie scientifique méconnu.

C'est en tout cas ainsi que se présente ce singulier personnage qui défraye la chronique scientifique tant par ses fulgurances que par son franc-parler proverbial.

Anatole Caparelli dans son laboratoire travaillant à l'amélioration de son célèbre phonographe-enregistreur : le  caparellographe "Stentor" qui n'a pas connu le succès public escompté.

Brillant touche-à-tout scientifique que l'on a vu œuvrer aussi bien dans les domaines de la chimie, de l'optique, de la mécanique ou de l'électricité, le bouillant Anatole Caparelli possède dans les milieux scientifiques une réputation disons, contestée, que n'arrange pas son caractère sourcilleux et ses déclarations à l'emporte pièce.

On se souvient de son retentissant "Messieurs de l'Académie des Sciences, vous êtes des Jean-foutres" après qu'en 1898, celle-ci ait attribué au couple Curie la paternité de la découverte du radium, que le savant déclarait avoir identifié deux ans auparavant et présenté aux autorités scientifiques sous le nom de Caparellium.

De même tout le monde se rappelle son projet de pile perpétuelle au radium (pardon au caparellium), la Capa qui reçu en son temps un accueil assez tiède de la part des autorités scientifiques car jugée peu fiable et potentiellement dangereuse, après une étude du président de l'Académie des Sciences lui même. "Mais il y connait quoi en radioactivité ce monsieur Becquerel !" se serait alors exclamé l’irascible savant.

Les projets et les dépôts de brevets du professeur Caparelli sont innombrables et il y a peu de domaines qu'il n'a pas exploré. Ainsi nous souviendrons nous en 1902 du Caparelloplane qui faute de financements ne put dépasser le stade du prototype.


Et bien entendu de son célèbre Caparellophone "Stentor", appareil phonographique enregistreur d'une remarquable qualité d'écoute mais qui fut aussi un échec commercial retentissant.



Dernièrement, le professeur Caparelli a fait de nouveau fait sensation en affirmant pouvoir créer un appareil, le caparelloscope, qui doit lui permettre d'explorer scientifiquement les phénomènes spirites invisibles à l'oeil ordinaire. Pour le savant, il y a bien tout un monde intangible autour de nous que nos sens ne peuvent pas voir. Les progrès de l'electro-magnétisme et de la physique des particules permettrait d'après le professeur de percer la barrière entre ces deux mondes.

Une nouvelle qui a été acceuillie avec scepticisme par la plupart des sommités scientifiques de notre temps. Notamment par un jeune savant autrichien, Mr Albert Einstein, qui a publié il y a quelques années un opuscule remarqué : "Sur un point de vue heuristique concernant la production et la transformation de la lumière." et avec lequel Mr Anatole Caparelli a échangé une correspondance enfiévrée. Mais comme notre sourcilleux savant le souligne lui même lorsqu'on l'interroge à ce sujet.

"Mes prétendus confrères sont des ânes bâtés et ce Monsieur Einstein est bon à manger du foin ! L’éther n’existe pas ? Le temps et l’espace sont relatifs ? Ben voyons, soyons sérieux ! Qui se souviendra dans cent ans de ce petit fonctionnaire viennois ? Non monsieur Molinot, ce que je me propose de faire avec le caparelloscope ? Mais ce n'est rien d'autre que de révolutionner notre perception de l'univers tel que nous le connaissons, c'est quand même autre chose !"

Le Petit Journal et votre serviteur vous tiendront bien entendu informés des progrès des travaux du professeur Caparelli.

Abel Molinot

mardi 11 février 2014

Quelques questions sur la préparation de la partie...

Un petit point général sur la mise en place de la partie et quelques réponses à des questions qui peuvent se poser pour le weekend et la soirée.

On en est où des inscriptions ?

Ça avance tranquillement : une douzaine de personnes se sont déjà inscrites. Ce qui part le plus vite d'ailleurs ce sont les chambres, ne traînez pas trop pour les réserver vous mêmes si vous voulez avoir un coin pour dormir du vendredi au samedi.

C'est quand qu'on reçoit les fiches des persos et c'est quand qu'on paye ?

Pour des questions pratiques nous vous demanderons votre participation aux frais par chèque en avril au moment de la confirmation définitive de votre participation. Les fiches de personnage vous seront envoyées en retour.

Les personnages sont déjà écrits ?

Et oui, la partie a déjà été jouée par le passé et les personnages sont écrits par l'équipe de CVBSP. Evidemment, tant qu'à faire, on va quand même essayer de les répartir pour que le votre puisse un peu vous convenir. Donc ne vous étonnez pas si on vous pose quelques questions sur ce que vous aimeriez jouer lors de l'inscription.

Et il y a des PNJs ?

Tout à fait, même si pour des questions pratiques, l'immense majorité des rôles seront bien ceux de PJs (personnages joueurs qui ne connaissent pas l'histoire). Les PNJs (personnages non joueurs, c'est à dire des gens qui ne connaissent pas forcément toute l'histoire mais peuvent avoir des actions précises à effectuer dans la soirée) ne seront pas nombreux et vous ne saurez pas qui ils sont avant la partie. Les seuls personnages qui seront vraiment hors jeu seront la domesticité de la soirée (en fait les orgas) et les musiciens.

Il y aura de la musique ?

Oui, nos amis de Sonovox qui vous ont enchantés lors de l’Équinoxe des 5 Dragons reviennent pour assurer l'ambiance musicale de la soirée. Ça va guincher sévère !

Oh, c'est quoi ces articles du blog présentant des personnages et pourquoi y a ma tête maladroitement collée sur des photos d'époque ?

Nous allons présenter le background de la soirée sur le blog et notamment autour d'un certain nombre de personnalités connues du tout Paris au travers des articles du Petit Journal d'Abel Molinot. Lisez les régulièrement de manière à savoir qui sera présent à la soirée... Évidemment si vous jouez l’un de ces personnages il s'agit de son image publique, la réalité de votre personnage, une fois votre fiche en main pourrait réserver son lot de surprise. En plus de manière à illustrer ces articles nous pourrions aussi vous demandez quelques photos pour nos odieux montages !

Et pourquoi mon perso il a pas d'article !

Tous les personnages de la soirée ne sont pas forcément des gens célèbres. Dans ce cas, il n'y a pas véritablement de raisons que tous soient connus et aient une image publique...

Ça commence quand ?

Vendredi, le temps que les orgas terminent le travail, on réceptionne les clefs en fin d’après midi probablement vers 18 h. Vous pourrez donc arriver à partir de cette heure là pour trinquer et venir jouer à quelques jeux de plateaux avec nous.

Pour la partie proprement dite du samedi. Celle-ci commencera à 18 h pour se terminer tard dans la nuit (quand… et bien tout dépendra de vous !).

Pour monter au gîte y a du covoiturage de prévu ?

Tant qu'à faire on va essayer de se grouper pour monter au gîte. D'abord parce que c'est plus développement durable, ensuite parce qu'il n'y a pas tant de places de parking dispo que ça sur place.  Plusieurs personnes viennent en train. Si c'est votre cas prévenez nous de votre heure d'arrivée que nous puissions prévoir un charter.


Voilà si vous avez d’autre questions n’hésitez pas à les poser dans les commentaires nous referons de nouveau un point sur vos interrogations.

lundi 27 janvier 2014

Liam Crozarc'h gardien de la sagesse druidique


On croyait ces pratiques confinées aux forêts les plus reculées de la Basse Bretagne et pourtant, autour de la Ville Lumière, les longues aubes blanches et la cueillette du gui sont revenues.  Force est de constater le renouveau, ses dernières années, des spiritualités païennes ancestrales que l'on pensait disparues depuis l'Antiquité.

Pour ses fidèles lecteurs du Petit Journal, votre serviteur a pu rencontrer, il y a peu, l'un des plus fameux artisan de cette renaissance du paganisme celtique, le grand druide Liam Crozarc'h qui préside aux cérémonies d'une assemblée de fidèles qu'il nomme lui même le Gorzedd Sicauna, littéralement la Fraternité de la Seine, qui se réunit régulièrement en forêt de Fontainebleau pour célébrer les forces spirituelles de la nature.




Généralement accompagné de ses deux chiens loups, Kallya et Elektra, esprits gardiens de la nature, celui que ses adeptes appellent respectueusement Ollamh, le Sage, a tenu a nous expliquer le sens de ce culte étrange.

"Le druidisme n'est pas mort, il a survécu aux attaques du christianisme en se réfugiant dans le cœur des hommes et dans les entrailles de la Terre. Il pousse à nouveau comme une graine plantée il y a plus de 2000 ans par nos ancêtres. Je me suis abreuvé de cette sagesse antique et j'ai appris auprès des plus grand maîtres de notre ordre, du pays de Galles à la Bretagne.

C'est en se replongeant dans les traditions gauloises les plus immémoriales que nous pouvons communier avec les forces cosmo-telluriques de la nature."

Une profession de foi qui semble séduire de plus en plus d'adeptes y compris dans les cercles les plus huppés de la Capitale comme le montre ce cliché pris lors de la dernière cérémonie du Gorzedd Sicauna lors du solstice d'hiver



Le grand druide Liam Crozarc'h doit semble t-il apporter sa sagesse lors de la soirée spirite qu'organisera le professeur Pastourel en mai prochain en Isère. Comme il le dit lui même :

" Beaucoup regardent l'au delà avec inquiétude. C'est une erreur.  Après leur séjour ici bas, les âmes immortelles rejoignent le Sidh, l'Autre Monde mystique, le Royaume sous les tertres et les collines. Lorsque les conditions sont réunies, l'Initié au savoir druidique peut parfois devenir le pont entre ce monde et le nôtre..."

Intrigante déclaration d'un personnage qui devrait faire sensation lors de cet événement tant attendu.
Quoiqu'il en soit, votre fidèle plume sera là pour relater par le menu cette fantastique soirée pour ses lecteurs du Petit Journal...

Abel Molinot

mardi 14 janvier 2014

Sensationnel : Double crime au manoir de Séchilienne


Dans l'édition du 6 septembre 1912 du journal local "La Croix de l'Isère"




Double crime au manoir de Séchilienne, un couple sauvagement battu à mort :


C'est une vision d'horreur qui a frappé Aristide Marchelier, commerçant itinérant, venu apporter des marchandises aux locataires du manoir de Séchilienne. Les corps sans vie des habitants du lieu, Norbert et Jeanne Archambault, le crâne fracassé par un objet lourd et contondant.

La police arrivée sur les lieux n'a pu que constater le décès du mari et de sa femme. D'après le commissaire Augustin Bondurant des brigades mobiles de Grenoble, chargé de l'affaire, le crime remonterait à plusieurs jours. Les deux corps ont été trouvé dans la salle principale à quelques mètres l'un de l'autre. L'état des lieux semble indiquer que ce double assassinat a été d'une très grande violence mais, chose étrange, les deux victimes pourtant en parfaite santé semblent n'avoir opposé quasiment aucune résistance à leur assaillant.


Norbert et Jeanne Archambault étaient un couple de parisiens venus s'installer il y a quelques mois au manoir de Séchilienne qu'ils avaient fait rénover pour en faire une maison de repos au bon air de la montagne. Avant cela ils exerçaient dans la capitale la curieuse profession de voyants extralucides, non sans un certain succès dit-on.

Couple aimable et sans histoire, ils étaient appréciés des villageois des alentours même si certains d'entre eux s'étaient étonnés de les voir s'installer au manoir, un endroit isolé, longtemps abandonné, qui pour ces paysans parfois superstitieux possède une très mauvaise réputation.

La police se perd pour l'instant en conjectures, aucun objet de valeur ne semblant avoir été dérobé malgré le grand désordre des lieux. Le commissaire Bondurant se penche à l'heure actuelle sur le passé des victimes, même si le crime de rôdeur n'est toutefois pas à exclure. Il a promis que toute la lumière serait faite dans les plus brefs délais pour résoudre cette terrible affaire et que la capture du ou des meurtriers n'était qu'une question de jours.

Ignace Chamonaz

Nota bene  : Deux ans plus tard, le double meurtre n'a toujours pas été élucidé.

mercredi 8 janvier 2014

Le professeur Théophraste Pastourel : médecin, hygiéniste et bienfaiteur de l’Humanité.

On ne parle plus que de ça dans les salons de la capitale : le professeur Pastourel va organiser en mai prochain une soirée spirite qui promet d’être le plus fameux rendez-vous mondain de la saison.

Preuve vivante, s’il en fallait encore une, du génie français, Théophraste Pastourel est célèbre dans le monde entier pour avoir isolé le bacille de la peste (Pastorelia pestis) et avoir crée avec succès un vaccin contre cette terrible maladie.



Aujourd’hui encore, grâce au travail de cet homme admirable, la France, infatigable flambeau du progrès humain, poursuit son œuvre civilisatrice en organisant, dans ses colonies du Tonkin ou du Maroc, de vastes campagnes de vaccination au fur et à mesure que notre armée en prend possession. Là, l’indigène, cet éternel enfant émerveillé, peut apprendre à aimer sa nouvelle patrie en regardant flotter les trois couleurs de notre drapeau au dessus des dispensaires qui viennent le délivrer de ce terrible fléau.

Le professeur Pastourel ne s’arrêta pas à cette découverte et mis son extraordinaire talent scientifique au service de tous, au travers d’une série d’opuscules hygiénistes décrivant l’utilité de prendre plus d’un bain par mois ou d’utiliser des linges bouillis pour traiter les blessures. Il a aussi beaucoup écrit sur le fait que le sang de nègre, quoique de qualité inférieure, est bien compatible avec le sang de l’homme blanc en cas de transfusion. De même, on se souvient de sa réfutation du rôle fortifiant du vin rouge pour la femme enceinte. Une prise de position qui lui valut de vigoureuses protestations de la part des viticulteurs de la vallée du Rhône.

Le professeur créa de vastes laboratoires à la suite de son travail sur la peste, le célèbre Institut Pastourel qui profita de sa réputation et de son talent pour devenir l’un des principaux centres pharmaceutiques de notre pays et faire la fortune bien méritée du savant.

Chose inhabituelle, le professeur, chercheur de talent mais qui ne s’y entend guère en matière commerciale à confié la direction de son institut à l’une de ses collaboratrices, Marguerite Fromentin. Très rare femme à obtenir un tel poste de responsabilité, nous pouvons la voir ici dans les laboratoires Pastourel en compagnie du professeur.


De nombreuses voix se sont élevées pour critiquer ce choix curieux mais il est vite apparu que Mademoiselle Fromentin, malgré les faiblesses et les humeurs bien connues du tempérament féminin, soit parfaitement capable de gérer une telle société.


Il y a cela cinq ans, un événement tragique vint frapper le savant. Le décès de sa jeune épouse Angélique dans un accident automobile laissa le médecin dans l’affliction la plus totale. Le professeur Pastourel qu’on dit encore inconsolable s’est depuis quelque peu retiré du monde scientifique. A la surprise de ses connaissances, ce rationaliste convaincu s’est tourné vers le monde de l’ésotérisme et du spiritisme. On le voit fréquemment aux côtés de quelques unes des figures marquantes du monde des arts occultes de la capitale. Nul doute que cette soirée qu’il organise dans un manoir dauphinois à la sulfureuse réputation va être l’occasion de réunir quelques uns des plus éminents pratiquants des sciences spirites.

Une soirée où votre serviteur sera présent et dont il fera profiter ses fidèles lecteurs du "Petit Journal".


Abel Molinot

mercredi 1 janvier 2014

Heureuse année 1914 !

Une belle et heureuse année 1914 !

Bientôt de nouvelles informations sur la soirée vont être publiées...
N'oubliez pas de vous inscrire !